ico pb100Sorti en 1983, le Casio PB-100, deuxième poquette Basic de Casio (en France) montre une nouvelle orientation commerciale de Casio : pendant que Sharp occupe provisoirement le haut du pavé avec ses PC-1500 et PC-1251, Casio se tourne vers le bas de gamme, et sort sa version économique de l'ordinateur de poche Basic. Pas dénué d'intérêt, mais vraiment économique...

 

casiologo

 

Avec le recul, il est facile d'être dur avec cette (pauvre) petite machine, mais elle (et ses dérivés) s'est taillée un joli succès pour la clientèle prévue (lycéens et étudiants fauchés) en raison d'un argument de poids : son prix, presque deux fois inférieur aux autres pockets parlant Basic ! Et sa conception était finalement bonne, vu la nombreuse descendance qu'il engendrera : plus de vingt versions...

 

La machine

Matériellement, le PB-100 se présente sous une carrosserie en aluminium très plate (risque de torsion, mais format très agréable), avec un clavier QWERTY (enfin quelque chose de standard chez Casio !) de 54 touches dont une touche de validation EXE enfin de taille normale. Par contre, économie oblige, une seule touche S de fonction qui oblige vite à jongler avec les modes de fonctionnement, notamment pour afficher les caractères minuscules. Car son petit afficheur de 12 caractères (avec contraste réglable) sait en afficher 118 différents, ce qui console un peu de l'absence totale de possibilités graphiques (et sonores, comme d'habitude chez Casio). Mais que cet afficheur est petit, d'autant que Casio utilise maintenant un Basic à l'orthographe normale (plus de PRT ou RET, c'est PRINT et RETURN maintenant).

Par contre, son étui de protection aussi fin que souple ne protège guère que de la poussière, et son boîtier mi-aluminium, mi-plastique a tendance à se courber assez facilement, ce qui amène des mauvais contacts au niveau des piles. Et en plus d'un manuel confus, mais complet, il était livré avec un ouvrage d'initiation au Basic assez bien conçu ("Apprenez par la pratique"), qui démontre bien la clientèle visée (jeunes débutants).

 

Utilisation directe

Suivant le MODE (de 0 à 8) choisi, nous avons une calculatrice scientifique de base (10 chiffres significatifs et exposant jusqu'à+/-99), et de l'autre un ordinateur programmable en Basic. Par contre, l'éditeur montre vite ses limites : outre l'impossibilité de rappeler une formule de calcul (on peut juste rappeler son résultat par la touche ANS) pour la modifier, on souffre vite en programmation : LIST obligatoire pour accéder à une ligne, fonction d'insertion et de destruction du caractère, mais impossible de se promener dans une liste comme avec un Sharp : on ne peut que passer d'une ligne à sa suivante par la touche EXE (qui valide donc la ligne en cours). Heureusement qu'il reste les touches de déplacement horizontal (dans la ligne) !

Le tout avec une mémoire de 544 octets programmables, extensibles à 1568, transformables en variables (par l'ordre DEFM, non programmable !) en un maximum de 198 variables (avec extension), plus 238 octets de variables fixes (A à Z ou A$ à Z$, et $).

 

casio pb100
Le Casio PB-100 original

 

Programmation

Le Basic résident est conçu par Casio, et donc d'une syntaxe parfois étrange : IF A=1 THEN B=2 devient IF A=1 ; B=2 alors que IF B=2 GOTO 100 s'écrit IF B=2 THEN 100, etc... De même, CLEAR devient VAC alors que NEW c'est CLEAR ! Simple en ce qui concerne les ordres de programmation : pas de READ..DATA..RESTORE, ON..GOTO ou ON..ERROR, pas de PEEK ou de POKE, ni son ni graphisme à l'écran mais un affichage permanent durant l'exécution et un INKEY$ (écrire KEY...) autorisant les jeux de réflexe que sa rapidité rend intéressants. De même, fonctions mathématiques de base (trigonométrie, racine carrée, puissance sur dix chiffres significatifs et un exposant jusqu'à +/-99), et de même pour les fonctions alphanumériques : comparaisons, LEN, pas de VAL et une seule variable $ acceptant trente caractères sur laquelle porte l'ordre MID$ (enfin MID en Casio). Beaucoup d'acrobaties avec redécoupages successifs pour ranger tout cela dans les variables ordinaires A$ à Z$ n'acceptant que sept caractères...Rustique, limité mais ça existe, au moins !

On pourrait se consoler avec sa rapidité (moins de deux secondes pour faire cent boucles) ou avec ses dix zones de programmation P0 à P9 (permettant ainsi de faire coexister facilement plusieurs programmes en mémoire), s'il n'y avait sa gestion des variables : certes, on peut les adresser en un tableau à une seule dimension, mais elles restent toutes confondues entre elles : A et A(0) sont la même variable, de même que C, C(0), B(1), A(2),etc...Et à condition de ne pas oublier de réserver le nombre nécessaire par un DEFM préalable (et manuel : ordre non programmable).

Bref, un langage incomplet mais suffisant, des fonctions numériques correctes, une mémoire insuffisante rendant l'extension quasi-obligatoire, un afficheur désespérément trop petit (impossible d'afficher en entier "PI=3.141592657" sans voir défiler et disparaître le début du message, il n'a que douze caractères !), c'est bien une machine économique...

 

Périphériques dédiés

  • L'interface-cassette FA-3 est un petit berceau sur lequel vient se glisser le PB-100, et qui permet le raccordement à un magnétophone à cassettes. Les sauvegardes sont fiables et efficaces, même si l'ordre de vérification ne compare pas le contenu de la cassette avec celui de la mémoire, mais est juste un contrôle de parité de l'enregistrement. A noter qu'il était livré avec un étui souple aussi peu protecteur que celui de l'ordinateur et que le câble de raccordement au magnétocassette est indémontable, rendant son transport moins pratique.

  • L'imprimante FP-12 (et ses variantes FP-12T puis FP-12S, apparemment et fonctionnellement identiques) est une petite imprimante matricielle thermique non graphique de 20 caractères par ligne, disposant du même jeu de caractères que l'ordinateur. Là encore, économie : le papier ne fait que 37mm de large... A noter qu'elle était livrée avec étui souple, et une sorte de "pelle à tarte" formant support pour le Casio, mais pouvait aussi (sans ce support) se connecter directement derrière la FA-3, formant ainsi un bloc esthétique (à défaut d'être réellement pratique, notamment en raison du câble cassette indémontable). ...

  • Enfin, l'indispensable extension mémoire OR-1 (ou OR-1E) apporte 1024 octets (créativité restreinte obligatoire !). A remarquer un système de verrouillage qui ne risque pas de faire de mauvais contacts, lui !

Attention : Casio a fabriqué (pour d'autres modèles) des extensions-mémoire (OR-2, OR-4, OR-8 etc...) physiquement ressemblantes mais incompatibles en pratique : il est impossible d'étendre de plus d'un kilo-octet la mémoire du PB-100 d'origine.

 

Quelques ruses

Comme déjà signalé, CLEAR devient VAC, NEW devient CLEAR (et CLEAR A efface tous les programmes, tout comme LIST A les liste tous). Pour le reste, le Basic s'écrit normalement, à part INKEY$ (KEY en PB-100) et MID$ (MID en PB-100, qui ne fonctionne que sur la variable $ de trente caractères). Pas de pause ? faites PRINT "message";:FOR I=1 TO 142:NEXT I:PRINT et vous aurez un affichage pendant une seconde...

Pour utiliser l'imprimante FP-10, rien de plus simple : MODE 7 imprime tout ce qui passe par l'afficheur, et MODE 8 revient au fonctionnement normal (ordres programmables en tapant MODE en toutes lettres). Et c'est tout ce qu'on peut faire avec...

 

Evolution

Le PB-100 est le premier d'une famille bien nombreuse, gagnant au fur et à mesure des modèles successifs quelques fonctions au passage (touche F de fonction shiftée supplémentaire, mémoire, fonctions MEMO (bien pratiques), mémoire sur carte, intégration d'une imprimante...) dont voici un échantillon :

  • Dérivés directs (même boîtier) : PB-100F (ordre STR$, CLEAR redevient NEW et retour sur ligne précédente dans un LIST), PB-110 (idem PB-100F avec fonctions MEMO), PB-120 (idem PB-110 avec 7648 octets), PB-200 (idem PB-110 avec 1568 octets), PB-400 (idem PB-110 avec carte mémoire de 1568 ou 3616 octets) , FX-700P (idem PB-100 avec touche F et mémoire 1568 octets d'origine), FX-710P (idem FX-700P avec 3616 octets), Super Collège (idem PB-100 avec touche F), Super Collège II (idem FX-700P, avec possibilité d'extension à 2392 octets)

  • Dérivés à carte mémoire (boitier épais) : PB-410 (carte mémoire de 1568 ou 3616 octets en tiroir, fonctions MEMO et Basic amélioré), PB-410F (idem PB-410 mais avec une trappe et non un tiroir pour la carte), FX-720P (idem PB-410 avec touche F), FX-720PF (idem FX-720P mais avec une trappe et non un tiroir pour la carte)

  • Dérivés à imprimante intégrée : PB-300 (1568 octets, imprimante thermique 20 caractères par ligne), FX-802P (idem PB-300 avec touche F), FX-820P (idem FX-802P mais carte mémoire de 1568 ou 3616 octets en tiroir, fonctions MEMO et Basic amélioré)

  • Dérivés spécialisés (clavier simplifié pour applications spécifiques) : PD-101

  • Sous d'autres marques : Radio Shack PC-4 cat.26-3650 (idem PB-100) et Tandy PC-4 cat.26-3650B (idem PB-100F), Olympia OP-544 (idem PB-100), OP-545 (idem PB-110) et OP-644 (idem PB-300)

Toutes ces variantes n'ont pas forcément été commercialisées en France : seules les Casio FX-802P, PB-410, FX-720P et Tandy PC-4 ont fait l'objet de publications, et les Olympia ont été vendus en France.

  • Existe aussi un curieux mais lointain dérivé, puisque fabriqué en U.R.S.S. : les ЭЛЕТРОНИКА (Elektronika) MK 85 (1221 octets Basic), MK 85M (5317 octets ?) et MK 85C Azimuth (avec clavier en cyrillique, ce dernier était en fait un codeur cryptographique préprogrammé à l'usage exclusif de l'Armée Rouge...). Ils reprennent tous le boîtier du PB-100, mais avec une électronique d'origine russe très différente, puisque basé sur un microprocesseur 16 bits T234-2, rien que ça ! Autres particularités : des commandes d'affichage graphique, deux vitesses de processeur et une très forte consommation électrique, à tel point qu'ils disposaient d'un connecteur pour adaptateur-secteur...

 

tandy pc4
Les deux clones Tandy PC-4 (cat.no.26-3650B et 26-3650 de haut en bas)

 

Le coin du collectionneur

Le faible prix d'époque du PB-100 fait que cette machine a très fréquemment été maltraitée, et sa fragilité à la torsion a fait beaucoup de dégâts (afficheur partiellement cassé (traces noires sur les bords ou les coins), mauvais contacts dans le boîtier, défauts d'apparence)...Se méfier en conséquence. De même, certains vendeurs en estiment un prix "de collection" alors qu'il s'agit d'une machine très très courante qui ne le justifie vraiment pas.

Côté périphériques, son imprimante thermique ne pose guère que le problème de ses accumulateurs nickel-cadmium qui ne sont pas éternels (et de plus en plus difficiles à trouver, surtout dans cette dimension). Par contre, à utiliser impérativement avec un chargeur aux caractéristiques d'origine (20 mA maximum), sous peine de les détruire irrémédiablement !

 

Caractéristiques : Casio PB-100 Personal computer

Microprocesseur : HD61913
Système de calcul : priorité algébrique avec les quatre opérations, puissance, fonctions trigonométriques et leurs inverses (en degrés, radians ou grades), logarithme et exponentielle, racine carrée, signe, valeur absolue, partie entière et fractionnelle, arrondissement, sur 10 chiffres significatifs (12 internes) et exposant +/-99 (1)
Langage de programmation : Basic adapté Casio en ROM
Mémoire : mémoire constante CMOS de 762 octets utilisateur (dont 208 pour les 26 variables fixes (A->Z ou A$->Z$) et 544 pour le programme extensibles en option à 1568, manuellement négociables par paquet de 10 variables (coûtant 80 octets), dix zones indépendantes de programmation
Niveaux : 6 de données, 12 de fonctions, 8 de sous-programmes, 4 de boucles FOR..NEXT (1)

Afficheur : LCD alphanumérique, 1 ligne de 12 matrices 5x7 non graphique à contraste réglable.
Connecteurs : 1x 12 broches Casio, 1x11 contacts Casio interne
Dimensions : 165x71x9.8mm (1)
Poids : 116 g. (1)
Alimentation : 2 piles lithium type IEC CR-2032 3V DC (1)
Autonomie : 360 heures (1)
Accessoires d'origine : étui souple, mode d'emploi (66 pages en français), Initiation Basic (196 pages en français)

Date de sortie en France : janvier 1983 (première publication dans l'Ordinateur de Poche n°10)
Prix public : 750 francs (juillet 1983)

(1) : données constructeur

 

Caractéristiques : Casio FA-3 Cassette Interface

Connecteurs : 1x 12 broches Casio, câble non détachable 3 prises jack mâles (3.5mm EAR blanche et MIC noire, 2.5mm REMOTE grise) pour un magnétophone

Dimensions : 173x114x31.5mm (1)
Poids : 244 g. (1)
Alimentation : 2 piles type IEC LR06 1.5V DC (1)
Autonomie : 10 heures (1)
Accessoires d'origine : étui souple, manuel (en trois langues dont 20 pages en français)

Date de sortie en France : janvier 1983 (première publication dans l'Ordinateur de Poche n°10)
Prix public : 290 francs (juillet 1983)

(1) : données constructeur

 

Casio FP-12 Mini Thermal Printer

Impression : matricielle 5x7 sur papier électrosensitif, 20 caractères par ligne (1), non graphique
Vitesse d'impression : 1 ligne/sec. (1)

Connecteurs : 1x 12 broches Casio, prise chargeur
Dimensions : 173x66x38mm (1)
Poids : 198 g. (1)
Alimentation : accumulateurs nickel-cadmium (4 unités type IEC RC03 1.5V DC)
Chargeur : Casio CHA-1 (9V 20mA négatif au centre)
Autonomie : 3000 lignes (1) soit 50 minutes
Papier : thermique en rouleau de 37mm par 25mm de diamètre
Accessoires d'origine : "pelle à tarte" 'support démontable pour PB-100), deux rouleaux de papier, manuel d'utilisation (30 pages en trois langues dont 9 en français)

Date de sortie en France : mai 1983 (première publication dans l'Ordinateur de Poche n°13)
Prix public : 650 francs (juillet 1983)

(1) : données constructeur

 

Caractéristiques : Casio OR-1 Memory Pack

Capacité : 1024 octets RAM
Connecteur : 11 contacts Casio
Dimensions : 48x31x4mm
Poids : 10 g.

Date de sortie en France : janvier 1983 (première publication dans l'Ordinateur de Poche n°10)
Prix public : 200 francs (juillet 1983)

 

Référence : les revues de l'époque

  • Casio a fait un important effort de lancement, avec pas moins de trois publicités pleine page : voir les Ordinateur Individuel n°45 page 93 (février 1983) et n°46 page 63 (mars 1983), et dans l'Ordinateur de Poche n°11 page 4 (mars 1983).

  • Coup d'oeil dans l'Ordinateur de Poche n°10 page 36 (janvier-février 1983)

  • Banc d'essai dans l'Ordinateur Individuel n°46 page 176 (mars 1983)

  • Test de Micros & Robots dans le n°6 page 50 (avril 1984) ; concerne son clone Tandy PC-4, mais comme c'est blanc-bonnet et bonnet-blanc...

 

 casio pb100 pub oi45p83

Go to Top