Amstrad PcW 16

Cet ordinateur est le plus extravagant de la gamme Amstrad. Ce dernier héritier des PCW est radicalement différent des PCW8256 et PCW9512. Il utilise un environnement graphique à la Macintosh et un Z80 à 16MHz, ce qui en fait le 8bit le plus rapide que nous connaissions. Il date de 1995 ! Le lecteur sagace se rappellera aisément qu'à cette époque, Microsoft conquiert le monde avec son Windows 95 sort. Tout le monde ? Non. Un village grand breton résiste, etc...

Pourquoi une telle incongruité ?
On peut considérer qu'Amstrad a positionné sa machine comme un traitement de textes basique et simple d'approche. Malgré cela, il s'agit d'un réel ordinateur capable d'exécuter des programmes. Un développement de CP/M 2 a même été accompli.

Notons que cette machine ne s'est vendue qu'au Royaume Uni. Nous avons été épargné. Merci Amstrad.

Amstrad PcW16

Première acquisition: Juillet 2002
Généreux donateur:
 
Constructeur: Amstrad
Modèle: PcW16 (Anne)
Année/Prix: 1995 / £299+TVA puis rapidement £99

CPU: Z80 à 16MHz
RAM/ROM: 1 Mo de DRAM extensible à 2, 1 Mo de Flash RAM  non-volatile (contenant l'OS et les applications comme le traitement de textes et les fichiers utilisateurs)
Graphisme: 640x480 monochrome sur moniteur 11" noir & blanc "paper white"
Mémoire de Masse:
un floppie 3"1/4 1.44Mo format "MS-DOS", CP/M 3.0

Périphériques: deux imprimantes en option : Canon BJ30 (+£100) et OKI LED Laser (+£200)


Un peu de technique Amstrad

La machine a une filiation évidente avec les autres PCW. Malgré tout, les fonctionnalités sont à rapprocher des Notepad Computer comme le NC100. On retrouve une suite bureautique en ROM et l'ergonomie à base de touche de fonction colorées est la même.

Rosanne, le système d'exploitation, est la création d'une société anglaise, Creative Technologies. L'inspiration Macintosh est forte. Même la police fait pompage grossier. Qu'on en juge :

Pour garantir une meilleure interopérabilité avec les PC (chose logique en 1995) Amstrad utilise un fichier catalog.txt sur la disquette qui assure le lien entre les noms 8.3 et les 30 caractères autorisés par Rosanne.

Le Rescue Disk permet de réimplanter le système d'exploitation dans la FlashRAM. Il permet aussi de faire des mises à jour et d'évoluer.

A quand Linux ?

Et pour finir, du cul.