Indata DAI

Logo DAI, première mouture

Le seul ordinateur belge à notre connaissance, le Charlemagne n'ayant pas du dépasser le stade du prototype. Gros succès d'estime : ses qualités graphiques et sonores en ont fait un micro-ordinateur mémorable. Malheureusement, cette machine fut peu diffusée et son prix était astronomique : pour le même prix, on se payait un Apple 2, moins performant mais dont la logithèque était sans commune mesure.

DAI première mouture :
logo et clavier monochrome
DAI version 1

Première acquisition: Novembre 1998
Généreux donateur: Didier Prier

Constructeur: DAI puis Indata (Belgique)
Modèle: DAI
Année/Prix: 1977 (1980 en France) / 8700F environ

CPU: Intel 8080A à 2 MHz
RAM/ROM: configurations de 8 à 48 Ko / 42 Ko
Graphisme: : 13 modes graphiques dont la haute résolution 336 x 256 pixels en 16 couleurs et le maximum de 528x244x16 couleurs (peut-être sur les modèles les plus récents) texte : 60x24 UHF/PAL puis Péritel en 1980.
Mémoire de Masse: Bus, 6 entrées analogiques (deux port joysticks), interface série RS 232C, 2 interfaces cassette et son stéréo
La compatibilité C/PM est possible avec le lecteur de disquette.

Périphériques:  lecteur de microcassettes externe MEMOCOM à haute vitesse (6000 BPS, là ou les magnétocassettes traditionnels font du 1200).


Le cul de l'engin, curieux avec de gauche à droite :

Bus DCE, port série, deux port magnétocassettes, deux ports joysticks, son stéréo et vidéo UHF.

Indata DAI version 2 : logo et clavier couleur, sortie Péritel.

dai.jpg (18420 octets)


Le livre d'accompagnement, première mouture. Du multimédia avant l'heure.

daibook.jpg (10417 octets)


Lecteur de microcassettes externe MEMOCOM modèle M DCR-D:

Memocom mdcr-d à microcassette Philips


Patrick nous fait part de son expérience Daiesque :

"Je pensais que le DAI était tombé dans l'oubli le plus total. Je me rappelle avoir choisi cette machine car elle possédait beaucoup plus de fonctionnalités que l'Apple II, notamment en ce qui concerne les Entrées/Sorties.

Pour information, les deux entrées joysticks étaient en fait une série de 2 x 3 convertisseur A/N sur 8 bits. Le bus DCE était en fait les trois ports de 8 bits de l'Intel 8255.

J'ai même fini par rajouter à mon DAI un co-processeur numérique AMD9511 qui améliorait sensiblement le calcul sur les nombres flottants …"


Claude précise :
" Sortie en 1978, le DAI est une des machines 8 bits les plus extraordinaires pour son époque, qui n'eut qu'un succès d'estime en France et un assez grand succès en Belgique et Hollande. La machine était bâtie autour d'un 8080A et possédait 72 Ko de mémoire (oui, 72 et non 64) : 48 Ko de ram et 24 Ko de ROM basic disposées en bancs commutables. 256 octets de RAM servent de pile pour les appels de sous-programmes. Les sauvegardes s'effectuaient sur magnétocassettes ordinaires mais grâce à un module d'extension de 2 Ko de ROM. On pouvait aussi relier un magnéto digital à mini-cassettes ou (encore plus rare car moins d'une centaine ont été fabriqués) un double lecteur de floppy disk 5" 1/4 (360 Ko par face). Elle disposait d'une interface vidéo haute définition couleur sur péritel et on pouvait relier des amplis, une imprimante parallèle... "


Quant à Thierry, il ajoute :

C'est la larme à l'œil que j'ai vu cette  page dédiée au DAI. Ce fut mon premier ordinateur et l'utilisation de deux années de jobs étudiants ! J'ai la quasi totale : DAI (évidemment), co-processeur arithmétique, double lecteur de disquettes avec CP/M 'officiel' modifié en 60 colonnes pour une TV normale. J'avais trafiqué une sortie vidéo directe et j'avais une image superbe !