SMS contre NES

 

Par Pascal Blancaneaux

 
 SMS

NES
 


Techniquement parlant, il est clair que la SMS est supérieure sur bien des points à la NES.

Le Zilog 80 et le Mostek 6502 sont deux microprocesseurs classiques et concurrents utilisés dans la micro et les consoles de l'époque. Le choix du processeur, la fréquence d'horloge et l'architecture graphique font ainsi toute la différence. On peut, par exemple, juger de la capacité d'affichage par résolution, les sprites et le nombre de couleurs simultanées à l'écran.

Au niveau hardware, Le montage de l'électronique de la SMS est beaucoup plus "pro" que celle de la NES qui fait vraiment plus artisanale....Citons notamment l'exécrable chipset de conversion vidéo numérique/analogique qui est utilisé par Nintendo....

 Processeur  Z-80A  6502
 Vitesse d'horloge  3,6 MHz  1,79 MHz
 Résolution graphique  256 x 220  160 x 192
 Palette de couleurs  64  52
 Nombre de couleurs
à l'écran
16
(décor et sprites)
 16
(4 pour sprites)
 Nombre maxi
de sprites
 64  64
 Taille maxi
 d'un sprite
 32 x 32  8 x 16

 


Sega Master System
 
Nintendo Entertainment System
   

 

Le seul point faible de la SMS est sa faible mémoire vidéo qui l'empêche d'utiliser convenablement ses capacités d'affichage de sprites.

 .........La raison de son échec aux USA et de sa demi réussite en Europe est plutôt due à l'absence d'une politique marketing adéquate et à l'absence de titre marquants dans sa logithèque, au contraire de la NES.

 .. .......Plus concrètement, faisons l'expérience sur plusieurs jeux SMS et NES ci-contre.

 .........On constate ici que le jeu SMS bénéficie d'un graphisme plus fin, beaucoup moins baveux, plus coloré, avec des sprites plus réalistes, bref un univers un peu moins "électronique".

 

Mais le sort s'est acharnée sur la SMS : les jeux étaient d'un attrait très moyen.
 
 .........Les causes sont multiples mais on peu en citer deux :

  • Les programmeurs de Sega n'avait pas le "Feeling" d'un Myamoto (le créateur de Mario), et se sont cantonnés dans les classiques au lancement de la machine.
     
  • Nintendo a pratiqué longtemps une politique d'exclusivité et les ventes de la NES aidant, les éditeurs ont préféré s'allier à cette politique d'exclusivité qui privait ainsi la SMS de nombreux grands titres.

Ainsi la rustique NES avec ses couleurs baveuses et sa résolution plus que limite devenait la console de salon la plus vendue au monde avec des jeux intéressants, tandis que la SMS était cataloguée dans "puissant mais chiant".

La tardive attaque des différentes commissions anti-trust dans plusieurs pays à l'encontre de Nintendo et de sa politique d'exclusivité monopolistique ne permit pas à Sega de se réimplanter aux USA ou au Japon. Mais la Megadrive avait pris le relais dans ces pays et affichait des résultats très convaincants face à la SNES.

En Europe, la SMS II confirmait le nouveau rôle qu'attribuait Sega à son système 8 bits : prix faible, facile à utiliser, rôle secondaire pour laisser la première place à la Megadrive. Ce qui valut à ce modèle un look beaucoup moins "luxe" et l'absence de slot à carte... et donc de lunettes 3D.

Pour moi, la SMS II est beaucoup moins intéressante que la SMS I. Elle n'offre pas les mêmes capacités d'extension et n'a pas du tout le même "look & feel".

La NES, quant à elle, a bien gagné son statut de grand-mère des consoles de jeux d'aujourd'hui.


Rampage (Activision)

Rampage (Data East)

After Burner (Sega)

Flight of the Intruder (Mindscape)

Shinobi (Sega)

Shinobi (Tengen)

Golden Axe Warrior (Sega)

The Legend of Zelda (Nintendo)

Safari Hunt (Sega)

Duck Hunt (Nintendo)

Découvrez la grande famille :

Nintendo Entertainment System Nintendo Famicom Disk System Nintendo Famicom AV Infos Techniques NES contre SMS
SMS contre NES
Famicom NES Famicom Disk System Famicom AV Infos techniques SMS contre NES